Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog kodamian

Le Centre Commercial de Wallis

27 Décembre 2006, 12:54pm

Publié par kodamian

FENUARAMA

Il y a un centre commercial à Mata-Utu, et c'est d'ailleurs le seul de l'île. Malheureusement, on n'y trouve pas encore une grande surface alimentaire. Mais qui sait ? un jour viendra...
En attendant, on peut y trouver des magasins divers et variés, et en voici quelques photos :

Voici le parking du Fenuarama, vide en ce jour de fête de Noel.

Voici l'entrée du centre commercial , avec comme d'habitude un espace pour les petits. On trouve à coté un photographe qui vend du matériel pour les professionnels comme pour les amateurs. De l'autre côté, on trouve une boulangerie-patisserie, ouverte le dimanche. Il y a également un magasin pour les amateurs de musique, où l'on trouve des instruments, des cds et de l'HIFI.

Bien sûr, on y trouve un espace restauration rapide, dont le nom me semble évoquer quelque chose .. Mac Do ... Un petit repas ne fait pas de mal en attendant l'ouverture de la banque l'après-midi, à 13h30.

Il y a l'unique banque du territoire, la BWF, filiale de la BNP. Attention aux heures d'ouverture, mieux vaut s'y prendre à l'avance les jours de paie. Et même si celà ferme à 11h30 le matin, on doit arriver avant 11h00 pour pouvoir accéder aux guichets.

Puis il y a aussi l'as de trèfle, une papeterie très bien achalandée. On pourra y trouver cahier et stylos de toutes sortes.

On trouve aussi des magasins comme une bijouterie ou des magasins d'habillement. Au fond de l'allée, il y a un autre magasin, " Wallis Pas chèr " , où on trouve toute sorte d'objets utiles ... et inutiles .

...

A l'extérieur, de part et d'autre du parking, on trouve deux surfaces plus importantes, le BRICORAMA pour le matériel de bricolage , et AUTORAMA où l'on trouve voitures et cyclos. A côté de ce dernier, on trouve la SIPA, magasin d'électro-ménager et d'ameublement.

...

 

Il y a aussi l'unique distributeur de billets de banque sur le parking.Utile lorsque le centre commercial est fermé. Mais attention, il peut se vider très rapidement à la veille des week-ends.

Voir les commentaires

Gardien de Maison

27 Décembre 2006, 12:33pm

Publié par kodamian

Gardien de Maison

Et voilà ! Les grandes vacances sont arrivées pour les enfants et pour leurs professeurs, et beaucoup de papalagi ( métropolitains ) rentrent chez eux ou partent en vacances.

Quelques uns de ces professeurs ont la " bonne idée " de faire garder leur maison pendant cette période, et c'est ainsi que pour la quatrième année consécutive, je vais revêtir la casquette de gardien de maison.

Et quelle maison, cette année ! C'est la même que j'avais déjà gardée lors de mon premier " hiver " wallisien en décembre 2003 - janvier 2004.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, c'est " pas mal " .

La maison est située à cinq minutes en voiture de l'hopital et bénéficie d'un grand jardin.

Mais l'été wallisien étant là, il est agréable de se prélasser au bord de la .... piscine ! Eh oui ! Une véritable belle et grande piscine pour faire quelques longueurs et  pour se détendre après une pénible journée de labeur.

Alors, je crois que c'est sûr, ces deux mois seront très agréables... D'ailleurs, mes amis ont apprécié un petit plongeon dans ce bel endroit.

Lire un bouquin au bord de cette piscine, c'est vraiment " choc ", comme on dit à Nouméa.

Voir les commentaires

Wallis, Quel délice !

22 Décembre 2006, 09:03am

Publié par kodamian

Que le Temps Passe Vite !

Déjà mon quatrième " Noel " à Wallis. Je n'y crois pas , mais c'est pourtant la réalité. C'est la quatrième année où je vais pouvoir apprécier la chaleur et le climat du Pacifique Sud pour cette fin d'année.

Que le temps passe vite ! A peine le temps de souffler et une année se termine avant qu'une autre ne recommence !

2003...2004....2005....2006.... et dans quelques jours 2 0 0 7  !

Les chiffres défilent et les années passent, mais ici, au bout du monde , le temps n'oppresse pas, le stress n'existe pas, ou du tout moins pas comme ailleurs. On prend le temps de vivre, de respirer, d'apprécier jour après jour le simple bonheur de vivre et la joie que nous procure la nature avec toutes les couleurs qu'elle nous offre. On ne se lasse de regarder le lagon, ses bleus de toutes les sortes, et avec ses îlots au loin ...


Wallis est un jardin, et chacun entretient du mieux qu'il le peut son petit espace... mais  en en faisant  profiter l'autre, car ici, les " clotures " n'existent pas.

Wallis, j'entame ma cinquième année sur ton territoire, et je ne me lasse pas de toi !

Malo mille fois , et j'ajouterai ...

Wallis, Quel délice !

 

Voir les commentaires

Bonnes Fêtes de Noel

22 Décembre 2006, 08:57am

Publié par kodamian

35° à l'ombre

Il fait froid, très froid dans certains départements de métropole ... Mais il est des endroits où l'on ne souffre pas de ces températures hivernales.

A Wallis, c'est l'été depuis le 21 décembre ... En tout cas, c'est ce qu'on peut lire sur les calendriers. Et ça se ressent ... Il fait chaud, très chaud.

Profitons-en pour fêter Noel en maillot de bain ou en short, profitons-en pour aller faire une petite baignade à Kului ou du côté d'Utulévé... Et puis pourquoi pas aller sur les ilots !!!

 

Noel, le sapin dans le jardin, mais aussi les cocotiers, plein de soleil et plein de bonne humeur ..;

Bonnes Fêtes à vous tous !

 

 

 

Voir les commentaires

Champagne !

19 Décembre 2006, 09:22am

Publié par kodamian

suite de l'article sur le Bac

rappel : j'habite avec une famille wallisienne, dont un des fils, Tominiko,  passe son bac STT cette année.

Lundi 18 décembre, 19h00.

Les premiers résultats des " repechages " commencent à être affichés sur la vitre de l'entrée des bureaux du lycée, et l'attente est insupportable.

Pas encore la bonne liste, il faut attendre encore quelques minutes. Déjà les cris de joie et les pleurs se mêlent dans une atmosphère très particulière. Défaitisme pour les uns, Prières de remerciements pour les autres, c'est comme si la fatalité s'était mélée à l'événement.

Et la liste de Tominiko est enfin affichée. Ca y est, son nom y figure avec la mention " ADMIS " . Mais déjà quelques minutes plus tôt, certains de ses camarades lui ont annoncé qu'il avait brillament réussi son épreuve d'eco-droit et qu'en décrochant un 15 sur 20, il avait d'un bond gagné 40 points, rattrappant ainsi les 26 points qui lui manquaient. Les maths n'avaient même pas besoin d'être passées, il avait déjà eu son bac.

Alors que a fête commence !

Pizza, Coca, on monte chez une des soeurs annoncer la bonne nouvelle, et on rejoint le domicile familial pour sabrer le champagne !

Bravo Tomi pour ton bac ! Et Félicitations à ses parents !

Et  Petelo notre ami, ne t'inquiète pas, celà sera ton tour l'année prochaine.

Voir les commentaires

A voté !

14 Décembre 2006, 08:21am

Publié par kodamian

 

 

L'année 2007 va être une année riche en élection, et si l'on veut voter, il faut s'inscrire sur les listes électorales.

Depuis que je suis à Wallis, j'ai déjà refait ma carte d'identité avec mon adresse Wallisienne, mais je n'avais pas encore établi la démarche de m'inscrire sur les listes électorales.

Ce lundi, je suis allé à la " Circo ", abréviation du bureau de la Circonscritpion, pour effectuer les démarches nécessaires en vue de mon inscription sur les listes électorales.

L'avantage du bureau est qu'il est ouvert entre midi et 14 heures , ce qui permet donc de s'y rendre pendant la pause " déjeuner ".

Mais on me dit que ce jour-là, il y avait une réunion du personnel et qu'il fallait revenir le lendemain. Je demandai si ma carte d'identité suffisait dans la mesure où elle mentionnait mon adresse à wallis, et me repondit par l'affirmative.

Mardi, je retourne donc à la " Circo " et on me demande un certificat de résidence. Heureusement, une secrétaire me connait bien et le précieux document est établi rapidement.

Mais c'est alors que la responsable du bureau des élections me demande mon contrat de travail.

Zut, je ne l'ai pas avec moi !

Ce sera ainsi mercredi que je viendrai avec une photocopie de mon contrat de travail, et qu'après l'avoir déposé, je pus enfin signer ma demande d'inscription sur les listes.

C'est ainsi qu'en 2007, c'est depuis Wallis que je voterai pour le prochain président de la république française.

A VOTE !

Voir les commentaires

Bachelier d'aujourd'hui ou de demain

8 Décembre 2006, 13:18pm

Publié par kodamian

Bachelier d'aujourd'hui ... ou de demain

 

Effervescence aujourd'hui au lycée de Mata-Utu.

Les résultats du Baccalauréat sont affichés et les élèves se précipitent sur les listes pour voir s'ils font partie des heureux élus.

Pour certains d'entre eux, c'est partie gagnée. Ils ont été admis au premier tour et n'ont plus qu'à profiter de vacances bien méritées.

Pour d'autres, c'est la désillusion, leur nom ne figure pas sur la liste des admis ou admissibles  et c'est une perspective d'un redoublement qui s'annonce pour eux. D'autant plus triste pour certains que certaines séries vont être supprimées l'an prochain à Wallis et Futuna.

Pour une dernière partie, c'est la " Deuxième Chance " , l'oral de rattrappage. Il faut avoir eu plus de 8 /20 de moyenne . Il y a alors une décision à prendre dès Lundi, à savoir quelles épreuves repasser pour le deuxième tour qui aura lieu dès le lundi 18 décembre. Deux épreuves peuvent être choisies. Mieux vaut choisir des épreuves où l'on a perdu beaucoup de points et qui permettent de grignoter le strict nécessaire pour accéder à la récompense suprême. Il faut le plus vite possible se replonger dans les cours mais le jeu en vaut la chandelle. Une semaine d'efforts pour éviter une année de redoublement n'est pas si difficile à surmonter.

Les résultats sont sur internet sur le site internet de l'academie de nouvelle-calédonie, à l'adresse suivante :

www.ac-noumea.nc

 

Encore une fois, bravo aux heureux élus, et bonne chance aux repéchés !

A mes amis :

Félicitations à toi,  Melano qui as réussi du premier coup ton bac, et bonne chance à vous, Tominiko et à Petelo pour le second tour. Respectez votre devise :

NEVER GIVE UP

 Bravo à Toi, Melano, à qui j'aurais donné le Bac pour sa préparation du Kava !

 

 

Voir les commentaires

Et si c'était demain ...

6 Décembre 2006, 13:28pm

Publié par kodamian

Et si c'était demain...

Aux enfants de Wallis et Futuna

Les Grandes Vacances arrivent bientôt à Wallis et Futuna, et c'est peut-être le moment de prendre de bonnes décisions.

Les enfants auront du temps à consacrer  à d'autres occupations qu'à étudier leurs cours.

Alors pourquoi ne pas en profiter pour faire une bonne action !

Nettoyer le territoire, ce peut être l'oeuvre de  chacun, et pas seulement du service de l'environnement du territoire.

Si chaque enfant en age de le faire se mettait à avoir un comportement qui respecte la nature et par exemple, à ramasser quelques bouteilles  en aluminium ou quelques sachets de paquets de gateaux chaque jour et à les mettre dans les poubelles, celà permettrait pendant ces deux prochains mois d'avoir une île encore plus paradisiaque que ce qu'elle n'est déjà.

Alors, les enfants, amusez-vous bien pendant vos vacances, mais ayez un geste " écolo " et nettoyez notre territoire.

Et pourquoi attendre les vacances, et ne pas commencer demain ...

 

Voir les commentaires

Coup d'Etat à Fidji

6 Décembre 2006, 10:06am

Publié par kodamian

Le Contre-Amiral officialise le quatrième putsch de l'histoire de Fidji

SUVA, 5 décembre (Flash d'Océanie) - Le Contre-Amiral Franck Bainimarama, commandant en chef de l'armée fidjienne, a annoncé mardi qu'il venait de prendre le pouvoir à compter de 18h00 locales (6h00 GMT), officialisant ainsi l'avènement du quatrième coup d'Etat dans la jeune histoire de cet archipel du Pacifique Sud, devenu indépendant en 1970.

S'exprimant au cours d'une conférence de presse, M. Bainimarama a annoncé que désormais, l'armée avait pris le contrôle de l'autorité exécutive de cet archipel et de facto pris la place du Président de la République Ratu Josefa Iloilo.

Le chef militaire a annoncé la nomination d'un Dr Jona Senilaqakali en tant que chef d'un gouvernement intérimaire, ainsi que son intention de demander au Grand Conseil des Chefs (habilité à nommer le Président de la République), lors d'une réunion la semaine prochaine, de réélire M. Iloilo. M. Iloilo nommerait ensuite, selon M. Bainimarama, un gouvernement intérimaire.

Le chef militaire a ensuite évoqué la possibilité d'élections, "conformément à la Constitution", après qu'un recensement ait été effectué à Fidji.

Dans l'intérim, tous les ministres du gouvernement renversé disposeraient d'un mois pour libérer leurs bureaux et recevront un mois de traitement comme indemnités, a-t-il ajouté.

Expliquant son geste, qui s'est caractérisé par une prise de contrôle méthodique de l'archipel depuis 24 heures, M. Bainimarama a invoqué la "doctrine de nécessité".

Il a annoncé la formation d'une force conjointe de sécurité, qui regrouperait la police et l'armée et patrouillerait l'archipel afin d'assurer la sécurité.

Toutefois, il a exclu la mise en place d'un couvre-feu et a assuré que les droits des citoyens seront respectés.

"L'armée fidjienne croit en l'état de droit et respecte la Constitution", a-t-il déclaré tout en invoquant des circonstances "inhabituelles et exceptionnelles".

"Je demande à tous de rester calmes et de continuer à vaquer à leurs occupations", a-t-il poursuivi en assurant que la priorité de l'armée, à ce stade, était d'assurer la sécurité.

M. Qarase, Premier ministre désormais déposé, est assigné à résidence depuis la mi-journée (GMT+12).

S'adressant à la communauté internationale, le chef militaire a exhorté les partenaires de développement de Fidji, qui ont d'ores et déjà fermement condamné toute action militaire, de "comprendre" la situation de Fidji.

Réactions de l'Australie et la Nouvelle-Zélande

Mardi à la mi-journée, le Premier ministre Laisenia Qarase se déclarait persuadé que le Président fidjien, invoquant la "doctrine de nécessité", avait prononcé la dissolution du Parlement, ouvrant ainsi la voie à la formation d'un gouvernement intérimaire choisi par l'armée.

Cette annonce avait alors provoqué des réactions immédiates de la part des puissances voisines, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, dont les deux gouvernements condamnaient immédiatement l'armée fidjienne, mais aussi le Président Iloilo, accusant implicitement ce dernier de complicité. "M. Qarase s'est comporté avec un grand courage. J'aimerais pouvoir en dire autant du Président de Fidji, qui ne semble pas avoir défendu la Constitution de ce pays", a déclaré mardi John Howard, Premier ministre australien.

Par ailleurs, son ministre des affaires étrangères, Alexander Downer, a indiqué mardi que l'Australie mettrait en place des sanctions, et en premier lieu l'annulation de sa coopération militaire avec Fidji "au moment approprié, lorsqu'il deviendra clair que le Premier ministre de Fidji n'est plus le Premier ministre de Fidji".

M. Downer a expliqué cette posture par le fait que "nous assistons à un coup d'État en cours d'exécution, j'appelle cela un coup État rampant, qui évolue d'heure en heure, de jour en jour".

Helen Clark, Premier ministre de Nouvelle-Zélande, a elle aussi déclaré au Parlement de son pays que selon ses informations, le Président fidjien Ratu Josefa Iloilo avait maintenant dissout le Parlement fidjien et avait de facto entériné la prise de contrôle du gouvernement par l'armée, ainsi que la mise en place d'une gouvernement intérimaire proposé par les militaires. "J'ai reçu pour avis que ce faisant, le Président avait agi en-dehors de ses pouvoirs constitutionnels en soutenant le renversement par les militaires du Premier ministre démocratiquement élu", a-t-elle déclaré. Helen Clark a aussi annoncé, tout comme l'Australie, le suspension de toute coopération militaire de son pays avec l'armée fidjienne.

Le Premier ministre néo-zélandaise a aussi été la première à comparer la situation fidjienne à un coup "à la thaïlandaise", en référence directe au putsch de l'armée de ce pays qui a eu lieu en septembre dernier avec l'accord implicite du roi, mais n'a fait aucune victime.

Depuis la semaine dernière, la communauté internationale multiplie aussi les messages d'avertissement à l'attention de Fidji, exhortant le chef militaire à faire preuve de retenue et de modération et soulignant les répercussions d'une sortie de la démocratie, y compris au plan de la coopération et de l'aide internationale que ces pays et organisations consacrent à Fidji.

Tour à tour, ce sont notamment l'Australie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, l'Union Européenne, les Nations-Unies (y compris son Conseil de Sécurité), ou encore le Forum des Îles du Pacifique qui ont exprimé leur profonde inquiétude quant à la situation à Fidji et ont par avance averti des conséquences d'un putsch, qui placerait une nouvelle fois cet État océanien au ban de la communauté internationale.

Démenti présidentiel

Le Président de la République des îles Fidji, Ratu Josefa Iloilo, avant l'annonce du Contre-Amiral, a démenti mardi tout soutien au putsch militaire en cours dans cet archipel du Pacifique Sud, soulignant que les actes de l'armée étaient "clairement en-dehors de la Constitution, de l'état de droit et de nos idéaux démocratiques".

Dans un bref communiqué relayé par la presse locale, le Chef de l'État fidjien, qui avait ces derniers jours donné une apparence de sympathie aux forces armées fidjiennes et à leur chef, le Contre-Amiral Franck Bainimarama, a souligné qu'il "n'entérine ni ne soutient" les actes de l'armée.

"L'armée a agi contrairement aux souhaits du (Président), qui étaient qu'une solution soit trouvée à cette impasse dans le cadre de la loi".

Un coup d'État annoncé de longue date

M. Bainimarama, dès dimanche, annonçait son intention de mettre en place un gouvernement intérimaire, auquel l'armée 'entendait pas participer, mais choisirait les membres parmi une liste de "candidats".

Le chef militaire affirme depuis le mois dernier que son objectif est de démettre un gouvernement dont il considère qu'il n'a fait, depuis six ans, que poursuivre les objectifs des nationalistes ayant perpétré le putsch de 2000 et que par ailleurs, il tentait encore, par des moyens divers (y compris législatifs), de faire amnistier de hauts personnages pourtant reconnus coupables et condamnés du fait de leur implication dans le putsch d'il y a six ans.

Le syndrome du "héros" devenu justicier ?

S'exprimant depuis Wellington, mardi, Helen Clark a une nouvelle fois condamné les actes de l'armée et de son chef, en soulignant "l'ironie de cette situation".

"M. Bainimarama a été le héros en 2000, contre (le putschiste) George Speight. Mais cela ne justifie en rien les actes d'aujourd'hui", a-t-elle commenté. M. Bainimarama, il y a six ans, avait déclaré la loi martiale pour rétablir l'ordre.

Une fois les principaux meneurs du putsch arrêtés, fin juillet 2000, il rendit le pouvoir à une administration intérimaire conduite par M. Qarase. Un an plus tard, dans le cadre des élections qui consacrèrent le retour de Fidji dans le giron de la démocratie, M. Qarase se maintenait au pouvoir. Le 2 novembre 2000, M. Bainimarama réussissait à mater une mutinerie au Q.G. de l'armée dont l'objectif affiché était de le supprimer physiquement. Les affrontements entre soldats loyalistes et mutins avaient fait huit morts. M. Qarase a été reconduit cette année, lors des législatives de mai 2006.

Prise de contrôle méthodique

Depuis lundi, l'armée des îles Fidji a entamé une série de manœuvres visant à contrôler le pays et son gouvernement. Mardi matin, elle a augmenté la pression en encerclant le siège du gouvernement, tout en annonçant une prochaine arrestation des membres de l'exécutif.

Depuis lundi soir, dans la capitale Suva et sa banlieue, des postes de contrôle ont été érigés par l'armée sur les accès menant à Suva. Des check-points ont aussi été installés autour des principales agglomérations de l'archipel, y compris dans les villes de Nadi (Ouest de l'île principale de Viti Levu, où se trouve aussi l'aéroport international) et de Lautoka.

Lundi, l'armée a pris possession des armes et des munitions de la police (dans la capitale, mais aussi dans les villes de Lautoka, Labasa, Ba et Tavua) et dans la soirée, les soldats commençaient à installer des barrages filtrants dans la capitale et ses abords.

Dès mardi matin, l'armée a entrepris de saisir les véhicules de fonction des membres du gouvernement. Ces véhicules (dont celui du Premier ministre) ont été arrêtés et confisqués, a précisé le commandant de l'armée de terre, le Colonel Pita Driti, tout en promettant que d'ici la fin de la journée de mardi, les véhicules officiels et les téléphones portables de tous les ministres auraient subi le même sort et seront placés sous "protection militaire". Mardi, à la mi-journée, cinq officiers de la marine, en armes, ont aussi pris possession de deux bateaux, une vedette et un patrouilleur de la police nationale, qui mouillaient dans la baie de Walu (Suva).

Fidji, archipel du Pacifique Sud peuplé de près de 900.000 habitants, a connu, depuis son indépendance en 1970, deux putschs en 1987, un en 2000 et le dernier ce 5 décembre 2006.

pad

Voir les commentaires