Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog kodamian

Le nom codé de Wallis pendant la seconde guerre mondiale : réponse

11 Novembre 2012, 20:47pm

Publié par kodamian

http://www.ibiblio.org/hyperwar/USN/Building_Bases/bases-24.html

 

J'ai découvert récemment sur ce site que Wallis portait un nom secret pendant la seconde guerre mondiale. il s'agissait de 

 

STRAWBOARD

 

Voici une traduction de l'article en anglais qui en parle :

 

Renforcer les positions de Samoa . 

Il fallait renforcer les positions des lignes d'approvisionnement à Samoa. 

Le plan consista a établir des infrastructures permettant d'accueillir les forces terrestres, navales et aériennes à Upolu, ujne ile qui était sous mandat néo-zélandais, et à Wallis, une possession française située à 480 kilomètres environ à l'oùest. A la fois à Upolu, dont le nom de code fut " STRAWHAT " et à Wallis, dont le nom de code fut " STRAWBOARD ", des pistes d'atterrissage et des bases pour hydravions furent construites par la Navy et les unités des corps de Marine. La base navale à Tutuila existait déjà mais fut étendut et renforcée par les forces civiles de constructions sous la responsabilité du PNAB. 

Le second Bataillon de Construction fut divisé en deux , et c'est le 5ème détachement de Construction , comprenant les compagnies C et D qui fut assigné à Wallis. Le bataillon comprenant les deux détachements navigua depuis l'ile de Norfolk le 09 avril 1942, faisant partie du convoi destiné aux bases samoennes. En ce qui concerne le détachement de Wallis, il demeura à Pago Pago, sur l'ile de Tutuila, durant environ trois semaines au cours desquelles des négociations diplomatiques furent engagées pour organiser les opérations à Wallis. Ce détachement des compagnies C et D du Deuxième Bataillon de Construction arriva à Wallis le 27 Mai 1942 et commença son activité après les autres détachements. La première chose fut de construire le terrain d'aviation, avec des détachements spéciaux pour ériger les campements et les premières infrastructures.

C'est le jour précédent, le 26 Mai 1942, que les forces françaises libres arrivèrent à Wallis.

Pendant qu'ils étaient à Tutuila ( iles samoa ), les Seabees assemblèrent une barge-ponton  de 3 x 7 et empruntèrent une barge métallique de 1500 tonnes . Ces deux barges furent chargées de matériau de construction et tractées à Wallis par un remorqueur.

C'est à Gahi, dans le district de Mua, qu'un quai de 75 feet ( environ 20 mètres ) de long , rempli de roches volcaniques et recouvert par du sable coralien fut construit pour aller jusqu'à un endroit assez profond. Ainsi, on put rapidement et facilement déchargé le matériel depuis les barges, ainsi que depuis les bateaux au moment des marées hautes. A côté de ce point de débarquement, des tentes furent dressées et les installations d'intendance installées dans des " falés ".

L'une des taches principales des Seabees à Wallis prit du retard en raison du manque d'équipement de construction sur l'île à leur arrivée. C'est dans un endroit plat qu'il fut décidé d'installer une piste d'atterrissage, dans le toafa. Cette piste, d'une longueur de 1800 mètres de long sur 75 mètres de large, fut construite, recouverte de pierrailles et terminée en octobre 1942. D'autres installations furent construites également comme deux grands hangars, des batiments sous terre, un réservoir de 25 000 gallons de gasoil pour les avions.

Une piste pour avion de combat, de 1500 mètres sur 60 mètres, fut construite plus tard en 1942. C'était au départ planifié qu'une catapulte et un système de freinage fut édifié à Wallis en plus des pistes d'atterrissage. C'est le 20 septembre 1942 que débuta la construction de ce système et ce fut terminé le 10 octobre, mais à ce moment, la piste était déjà en opération. Des pistes ( taxiway ), 18 places de stationnement pour avion et un hangar furent installés à proximité. 

Le lagon permettait également de larges pistes d'atterrissage et de décollage dans toutes les directions pour les hydravions. En octobre 1942, les Seabees avaient terminé un " taxiway " de 45 mètres sur 800 mètres ainsi qu'une rampe de 60 mètres de long sur 20 mètres de large. Plus tard, des places de parking pour six VPB et PBY, des infrastrutures logistiques et un réservoir de 25 000 gallons furent construits.

Utilisant les matériaux locaux, des entrepots furent construits pour les produits secs et les produits réfrigérés, ainsi qu'un hopital de 72 lits, 100 kilomètres de route  etc...

En Mai 1942, le CBMU 504 eut le rôle à Wallis d'assumer la responsabilité des travaux de maintenance, et le détachement rejoint par la suite le reste du bataillon à Tutuila.

A ce moment-là, les plans étaient d'amener de Tongatapu à Wallis 15 réservoirs d'une capacité de 50 barils. En août 1943, le détachement de Tongatapu du 1er bataillon arriva à Wallis pour ériger les réservoirs. Un autre détachement, composé de six officiers et de 201 hommes du troisième bataillon, arriva à Wallis le même mois pour aider dans la construction des réservoirs. Celà fut terminé en Janvier 1944,moment où ce détachement de Tongatapu partit pour Efate aux Nouvelles-Hébrides ( Vanuatu aujourd'hui), alors que le détachement du troisième bataillon rejoint le reste de leur bataillon à Nouméa en Nouvelle-Calédonie.

 

En juillet 1944, une fois les opérations de récupération terminées, le CBMU 54 rejoint Upolu. C'est le 25 novembre 1944 que l'unité entière partit définitivement.

 

 

 

 

Map: Wallis (Uea) Island
L'île de Wallis.


Batiment des officiers de commandement à Wallis du 31ème groupe d'escadron de marines de l'armée de l'air. Le MAG 31 fut stationné sur l'île avant de partir pour l'invasion des îles Marshall en février 1944. Il y avait une longue piste à Wallis pour les avions de type  F4U-1 Corsairs qui effecutaient des missions de reconnaissance.


        un autre lien : http://www.pacificwrecks.com/provinces/wallis_uvea.html

 

 

Commenter cet article