Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog kodamian

Mésaventure d'un voyageur de wallis à paris via amsterdam ...

3 Mai 2012, 03:05am

Publié par kodamian

Quand on entame un voyage, on s'attend en général à ce que tout se passe bien. Mais ce n'est pas toujours le cas. Et je dois dire que mon voyage pour me rendre de Wallis à Paris via nouméa, osaka et amsterdam n'a pas été de tout repos.

 

Parti le lundi en début d'après-midi de Wallis à Nouméa, cette première partie s'est déroulée sans encombre et c'est le tout nouvel aéroport de Tontouta que j'ai pu découvrir à mon arrivée en Nouvelle-Calédonie.

Je n'avais pas pris la précaution de réserver une nuit à l'hotel situé en face de l'aéroport, étant donné que je voulais y passer seulement quelques heures dans l'attente de mon vol du lendemain qui décollait à 01h30 pour Osaka.

En appelant le " Tontoutel " , on m'indiqua qu'il n'y avait plus de chambre disponible, mais qu'il était quand même possible de s'y relaxer tout en profitant des joies d'une baignade dans la grande piscine de l'hotel.

Une navette disponible 24 heures sur 24 vint prendre les quelques passagers désirant se rendre à l'hotel quelques minutes après l'appel, et ce n'est que 3 minutes qu'il faut pour se rendre au TONTOUTEL, situé à environ 2 kilomètres de l'aéroport.

Quelques longueurs de bassin, pouvant disposer d'ailleurs de serviette de l'hotel mise à disposition généreusement, et un bon repas au restaurant, suffirent pour remettre en forme avant de piquer un petit som sur les canapés du hall d'entrée avant de reprendre la navette pour l'aéroport aux alentours de minuit.

Le vol Nouméa-Osaka étant un vol de nuit, il est possible de dormir durant le trajet et de profiter du petit déjeuner avant d'attérrir à l'aéroport de KANSAI. Il y a également un repas quand on monte dans l'avion, mais je " shuntai " ce repas étant donné que je n'ai pas l'habitude de manger à 03h00 du matin.

La deuxième partie du vol, en ce qui me concerne, consistait à me rendre à Paris via Amsterdam. Mais une partie des autres passagers passent par Helsinki tandis que d'autres encore ont opté pour le vol direct vers la métropole. Les prix diffèrent de façon importante suivant l'option retenue.

Ainsi, à l'arrivée au Japon, il y a des agents qui précisent sur des panneaux les directions à emprunter en fonction des vols successifs qui seront pris.

 

Bref, le vol vers l'Europe est un vol de jour et c'est ainsi que je pus " pratiquer " mon " japonais " avec mes voisins.

Je m'inquiètais un peu à l'avance de l'escale de 55 minutes qui séparaient l'arrivée à amsterdam du départ pour Paris, certains m'ayant dit qu'il fallait se dépécher et espérer que notre avion n'ait pas de retard.

 

Mais l'avion arriva une demie-heure à l'avance à SCHRIPOL, l'aéroport international des Pays-Bas. Après avoir parcouru la totalité du hall E à pied au pas de course puis m'étant rendu vers le Hall B, j'attendis l'embarquement pour Paris.

 

Mais quelques minutes avant le départ de l'avion, qui étrangement n'était pas visible au bout de sa passerelle, on nous annonça qu'en raison d'une mauvais météo, l'avion était tout simplement annulé, avec aucune possiblité de trouver de la place sur un autre vol, et qu'il fallait se rendre à Paris .... en train.

 

On nous indiqua la direction de la gare, située sous l'aéroport, et on nous précisa qu'il fallait échanger notre  coupon " amstedam - paris " contre un billet de train pour la capitale française, sans oublier de récupérer ses bagages, bien entendu.

Au guichet de la gare, je reçus donc mon plan de vol, ou plutôt plan de parcours de train ainsi que les deux billets Amsterdam - Bruxelles puis Bruxelles-Paris en Thalys. KLM est semble-t-il habitué à faire de tels changements.

 

Mais je ne vérifiai pas les billets et c'est presque arrivé à Bruxelles que je vis qu'une erreur s'était glissée dans ma deuxième billet du parcours, et que ma réservation de train Bruxelles Paris indiquait une heure antérieure à celle à laquelle j'arrivais dans la capitale belge. Je dois dire qu'à ce moment, je n'avais pas la ... frite !!

Je me rendis alors sur le quai du Thalys, et j'eus la chance de rencontrer un chef de train très sympathique qui me permit de monter dans le train sans plus d'explication;

Ouf !

Arrivé Gare du Nord, c'est encore deux RER que je dus prendre pour arriver à bon port !!!

 

Bref, un voyage ... presque sans encombre. !!

 

Allez, j'espère que ce genre de mésaventure ne vous arrivera pas, mais au cas où tel serait le cas, ne vous en faites pas, on arrive toujours à se débrouiller.

 

 

 

Commenter cet article