Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog kodamian

Articles avec #kodamian

Les turbulences entre tokyo/osaka/seoul et nouméa

3 Juin 2009, 10:43am

Publié par kodamian

Suite à  l'accident qui vient de toucher le vol rio-paris d'Air France, j'exprime mes condoléances à toutes les familles des victimes de cette tragédie.
Nous pouvons tout à fait imaginer ce dont il s'agit quand on parle de turbulences aériennes, car nous traversons également l'équateur quand nous prenons régulièrement les vols depuis/vers Nouméa jusqu'à Tokyo/Osaka/Séoul.
Plusieurs fois déjà, on nous a  informé durant le vol qu'il fallait regagner nos sièges en raison de turbulences à venir.

Les circonstances exactes de la disparition du vol sont encore inconnues et il faudra du temps pour savoir ce qui s'est exactement passé.



Voir les commentaires

J'avais appris quelques mots de turcs ... et alors ...

25 Mai 2009, 07:09am

Publié par kodamian

Au cours de mon dernier voyage en Turquie, j'avais appris quelques mots en langue turque, mais je ne pensais pas que j'aurais à y penser à Wallis.
Détrompez-vous !

J'ai lu ce week-end un bouquin très intéressant, " les cerfs volants de KABOUL ", de Khaled HOSSEINI, publié en 2005 aux états-unis, et que je vous conseille vivement. D'ailleurs, un film a été tiré de ce roman.



Ecrit par un auteur américain d'origine afghane, j'eus la surprise au cours de ma lecture de découvrir à certains moments des mots afghans, que l'auteur cita au cours de conversations.
Ainsi, pour dire " merci ", il dit  " tachakor " et pour dire " s'il vous plait ", il dit " lotfan ".


Or, en turc, on disait " techekur "  pour merci et " lütfen " pour s'il vous plait.
Ce qui montre la même origine pour ces langues.

Toujours intéressant ainsi d'appendre quelques mots lors de voyages, car on peut ainsi par hasard retrouver des similitudes au cours de lectures ou en suivant des émissions télévisées.


Ah oui, une chose encore : une fois que vous aurez ouvert la première page de ce livre, il vous sera impossible de ne pas continuer jusqu'au bout ...

Voir les commentaires

real-rouble-roupie-renminbi : les 4 R

22 Mai 2009, 14:57pm

Publié par kodamian

 4 monnaies commençant par la lettre R sont peut être aujourd'hui sur le point de détrôner le " Roi Dollar " .
En effet, les pays émergents appelés " BRIC ", c'est à dire le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine, ont des monnaies qui pourraient prendre un rôle plus important dans les échanges mondiaux au cours des prochaine décennies.

En effet, pourquoi ces 4 grandes économies n'utiliseraient-elles pas pour leurs échanges commerciaux directement les monnaies qu'elles émettent, à la place d'utiliser l'étalon " dollar " comme référence ?

Le dollar est entrain de perdre du terrain face à l'euro, mais si les économies des pays émergents s'accommodaient d'autres devises pour leurs échanges, alors, la chute du King Dollar pourrait être autrement plus conséquente.
De toute façon, pour relancer l'économie américaine, si le dollar perdait de sa suprème, le consommateur américain serait alors contraint à consommer " made in usa ", et celà pourrait faire repartir son économie car alors la valeur du dollar étantplus faible, il serait donc plus compétitif par rapport aux autres pays.

Alors apprenons peut être dès maintenant à retenir les noms suivants :

REAL = monnaie brésilienne
ROUBLE = monnaie russe
ROUPIE = monnaie indienne
RENMINBI = monnaie chinoise

Voir les commentaires

La Nouvelle-Calédonie, c'est Nickel !

17 Mai 2009, 12:15pm

Publié par kodamian


Certains pays bénéficient de ressources minières diverses et variées. Mais si l'on évoque la Nouvelle-Calédonie, territoire français situé dans le Pacifique Sud, c'est un minerai qui vient tout de suite à l'esprit quand on évoque ses richesses minières : il s'agit bien sûr du Nickel. C'est Jules GARNIER qui est le découvreur du Nickel néo-calédonien.

La Nouvelle-Calédonie est en effet un des principaux centres d'extraction du minerai dans le monde, qui sera exporté vers les centres industriels, comme le Japon par exemple.

J'avais visité il y a des années Thio sur la côte est de la Nouvelle-Calédonie, et j'avais été impressionné par la taille des engins utilisés dans les mines à ciel ouvert. La taille d'un pneu d'un buldozer est de plusieurs mètres de diamètre.

 

Voir les commentaires

Paris-Delhi aller-retour ? Beaucoup moins chèr que Wallis-Nouméa

17 Mai 2009, 11:53am

Publié par kodamian

Aujourd'hui, pour environ 340 euros, on peut trouver sur des sites comme celui d'expedia des billets d'avion aller-retour pour l'inde.

Mais pour aller de wallis à nouméa, pour un professeur, au cours des vacances scolaires, on peut avoir des billets qui atteignent ... 900 euros ( environ 110.000 xpf ).

Cherchons l'erreur ....!

Voir les commentaires

Les Vosges en Avril ... Ne te découvre pas d'un fil !

17 Mai 2009, 10:35am

Publié par kodamian

Au mois d'Avril, il peut faire encore un peu frisquet dans les Vosges. Alors, mieux vaut se couvrir avant de sortir faire une balade ! Néanmoins, les paysages sont sublimes et il y a de nombreuses randonnées que l'on peut y faire.
Pour trouver où aller se balader, rien de plus simple. En consultant internet et des sites comme " google ", j'ai pu trouver des sites avec le descriptif de randonnées, avec même la possibilité d'imprimer les itinéraires.
Alors, quand vous habitez dans la région ou que vous y êtes de passage, rien de plus simple !
Surtout qu'au mois de Mai, ça vaut vraiment la peine !
Bonne Balade !

Un peu de neige, ça suffit à mouiller les chaussures !
Mais néanmoins, on s'aventure quand même sur les petits chemins !
Mais en arrivant au lac gelé, la récompense du spectacle est là !
Le temps d'une petite halte, histoire de " casser la croute " ... et c'est reparti !
Plus bas dans la vallée, le lac de Longemer-Retournemer offre un paysage sublime.
On a un effet " miroir " saisissant ...
Mais en remontant en altitude, on voit que la neige n'a pas totalement disparu des sommets.
A tel point qu'on pourrait même encore skier ou faire de la luge !

Voir les commentaires

10 jours en Turquie ( 5ème partie ) : Istanbul.

12 Mai 2009, 15:22pm

Publié par kodamian

La dernière partie de notre séjour en Turquie concerna bien sûr Istanbul et nous décidâmes d'y consacrer deux pleines journées.
Avec de nouveau le sac à dos, nous retournâmes à la station OTOGAR de Fethiye pour prendre le bus en direction d'Istanbul, qui n'est pas la capitale de la Turquie ( c'est Ankara ). Il nous fallut pas moins de 16 heures de bus pour arriver à bon port.
Très bon compagnon de route, le Guide du Routard ( il ne me paie pas pour en faire la pub ! ) nous permit de voir ce qu'il y aurait justement à découvrir dans l'ancienne Constantinople.
Mais déjà, juste avant l'arrivée, la traversée du pont que joint l'Asie à l'Europe constitue un " Must " du voyage. On voit les pétroliers croisant sur le bosphore ainsi que toute une pléthore d'embarcations traversant de part en part le détroit.
La largeur du détroit peut aller jusqu'à 5 kilomètres et la distance entre la mer de Marmara et la mer Noire est d'environ 35 kilomètres, si mes souvenirs sont exacts.
Arrivé à l'Otogar d'où l'on était parti une semaine plus tôt, on se dirigea en métro vers le centre-ville, et ce n'est pas très loin de la Mosquée Bleue que l'on trouva un petit hôtel avec encore quelques places disponibles pour deux nuits. On changera d'hotel la troisième nuit, mais ce sera à proximité. Je dirai qu'on a eu de la chance d'arriver avant la grande saison touristique et ce durant tout notre voyage, ce qui nous permit de bénéficier de tarifs super promotionnels ainsi que de disponibilité dans les hotels et pensions.
Début de visite de la ville, on commencera par la Mosquée Bleue.
On peut y rentrer en dehors des heures de prière. C'est absolument magnifique à voir, et l'adjectif bleu est dû aux couleurs des vitraux qu'on y trouve. Déjà la cour intérieure est un chef d'oeuvre.
Ce sont les coupoles qui sont impressionnantes quand on pénètre à l'intérieur. Il ne faut bien sûr pas oublier de se déchausser avant de pénètrer dans le batiment.

A proximité, c'est la Mosquée Sainte-Sophie qu'on peut également admirer, avant de se retrouver à l'entrée du palais de TOPKAPI, siège des dirigeants de l'Empire Ottoman durant plus de 5 siècles.
Mais il faut patienter pour pouvoir y entrer, les files d'attente étant particulièrement longues.
Les jardins sont d'ailleurs splendides et permettent de se reposer avant la visite.
C'est donc dans son Palais de Topkapi que le Sultan de l'Empire recevait ses conseillers, ses vizirs, mais également c'est l'endroit où il vivait, avec une partie réservée à ses femmes, le Harem, où aucun homme n'avait le droit de pénétrer.
De nombreuses intrigues ont eu lieu en ses murs, et la plupart des Sultans de l'Empire y ont régné depuis sa fondation jusqu'à la fin de l'Empire Ottoman, à la fin de la première guerre mondiale.
Je rappelerai que l'Empire Ottoman ayant été allié à l'Allemagne au cours du premier conflit mondial ( 1914-1918 ), la défaite de l'Allemagne entraina de facto le démantelement de l'Empire Ottoman, et la création de nombreux pays au moyen-orient suite à sa division ( Liban, Syrie, Palestine ). C'est Ataturk qui fut le créateur dans le début des années 1920 de la Turquie Moderne.
Il est toujours intéressant de revoir son Histoire au cours d'une visite, car celà permet d'ajouter une pièce au puzzle de ses connaissances.
C'est pourquoi, à la sortie de ces Palais, on profita de l'occasion d'être prochaind de la gare pour aller la visiter. Pourquoi ? Parce que le fameux " Orient-Express " dont vous pouvez voir ci-dessous une des locomotives arrivait à Istanbul en partant d'Europe Occidentale. Le Crime de l'Orient-Express, ça vous rappelle quelque chose, Agatha Christie ? Mais oui, mais c'est bien sûr !
Alors voir la gare d'où partaient et où arrivaient ces trains mythiques , c'était à ne manquer sous aucun prétexte.
N'etant pas loin du Bosphore, le détroit qui sépare l'Europe de l'Asie, on se dirigea à pied vers ce passage mythique, objet de tant de convoitises au cours des siècles passés.
Voici ainsi le pont qu'on traversa plus tôt dans la journée et qui enjambe le Bosphore. Il y en a deux en fait, et un tunnel est en projet pour relier les rives européennes et asiatiques de la Turquie.
C'est  un autre palais qu'on trouve d'ailleurs à proximité de la rive européenne du pont, où résidèrent quelques sultans, délaissant Topkapi.
Un petit aller-retour en bateau s'impose pour apprécier la beauté du site.
Il y a de nombreux pêcheurs qui essaient d'attraper des poissons malgré tout le trafic, depuis les ponts ou depuis de petites embarcations.
Pour bien expliquer la topographie, il y a en fait deux parties au niveau européen, séparé par un pont, qui permette de rejoindre la Corne d'Or. C'est le pont de Galata. D'ailleurs une équipe de football connue s'appelle en Turquie Galatasarai, qui joue souvent en championnat d'Europe.
Une fois le pont de Galata traversé, on arrive dans une autre partie de la ville, où un " funiculaire " permet d'arrive à la tour de Galata. On peut y aller à pied, ça monte pas mal, et on découvre une rue avec des dizaines de milliers de piétons, marchant d'un pas pressé, et ce toute la journée. C'est là qu'on trouve d'ailleurs l'institut culturel français.
D'ailleurs, un tramway y circule et il a l'air de venir tout droit du début du vingtième siècle.
Retraversant le pont de Galata dans l'autre sens, on est allé faire un tour au Bazar d'Istanbul. En fait, il y en a plusieurs, le bazar égyptien d'une part, le grand bazar d'autre part. On y trouve de tout, et il faut bien savoir à l'avance ce que l'on veut, car les vendeurs sont très forts pour vous faire acheter peut être ce dont vous n'auriez pas eu besoin. Mais c'est le charme de la Turquie et c'est un Must que de passer du temps dans le bazar.
C'est là que l'on trouvait toutes les denrées et produits importés d'asie et d'europe, et que se faisaient les échanges au cours des siècles passés.
L'Empire Ottoman, à la limite entre Orient et Occident, était durant des siècles un point de passage obligé pour les échanges, ce qui en fit sa richesse. Il commerçait avec la République de Gênes par exemple, et faisait venir des produits d'extrème-orient ( soie de Chine ) qui traversait par la Route de la Soie tout un tas de pays avant d'aboutir à Istanbul. Les caravanes de chameaux pouvaient compter jusqu'à 1000 chameaux, et faisaient des haltes dans des caravansérails, dont on trouve quelques vestiges à Istanbul.
Dès que les portes s'ouvrent le matin, c'est une foule de commerçants et de touristes, ainsi que de stambouliotes qui courent à la recherche de tel ou tel produits ...
Il y a un coin pour les tapis, un autre pour l'orfévrerie, et cet espace couvert permet de rester toute la journée sans voir la lumière du jour.
Souvent, pendant mon voyage en Turquie, en rencontrant des turcs, on m'a dit que j'avais une tête de Turc ! C'est vrai qu'on est des " caucasiens " , nous européens. C'est d'ailleurs ce que l'on coche quand on arrive aux états-unis, dans la case qui nous demande quelle est notre origine.
Mais coiffé d'un fez, ça a l'air plus vrai que nature. En plus, le fait d'avoir appris quelques mots de la langue, sur place, et de les prononcer rapidement et assez correctement faisait plus vrai que vrai !
Voilà, il y aurait encore beaucoup d'autres choses à dire, mais vous pouvez voir sur les albums photos d'autres clichés pris pendant ce séjour.
Le lendemain, on prit le bateau pour remonter le bosphore jusqu'à la mer noire, ce qui fut l'occasion de se tremper les pieds, qui ne sont pas devenus noirs pour autant !
Voici un des forts qui protégeaient le détroit.
On voit les pétroliers en arrière plan, attendant leur passage de la mer noire vers la méditerrannée.
Mais bon, c'est pas tout, mais ça creuse de visiter tant de choses. Alors pour un kebab, une pause s'impose ...
accompagné d'un bon " tchaï ".
Nous sommes aussi allé voir les Citernes, réservoir d'eau du palais de Topkapi, et c'est impressionnant quand on pense qu'il s'agissait de faire venir l'eau par aqueduc de plusieurs dizaines de kilomètres de là.
Puis il y a aussi la visite du musée d'archéologie à côté du palais de Topkapi qu'il ne faut pas manquer. On peut y voir " le traité de paix de Kaddesh " , gravé dans la pierre, entre les Egyptiens et les Assyriens. On y trouve aussi le cercueil d'Alexandre le grand, mort 330 ans environ avant Jésus-Christ. On y trouve également l'histoire du cheval de troie.

Voilà . Ce voyage s'est terminé, on a vu pas mal de choses, et du début à la fin, c'était vraiment passionnant, intéressant, et à aucun moment dangereux.
Que ceux qui ont lu ces 5 articles n'aient pas peur, et franchissent le pas entre lecture et action.
C'est facile de voyager, il suffit d'y aller et une fois qu'on attrappe le virus ( pas celui de la grippe A bien sûr ), alors on ne peut plus s'en passer et on envie de découvrir et de découvrir encore.
Je suis sûr de retourner un jour en Turquie, mais d'ici là, j'aurai vu sans doute d'autres pays, et beaucoup d'eau aura coulé .... dans le BOSPHORE.

Ah oui, au fait, on m'a demandé quelle bière on buvait à Istanbul. C'est l'EFES qu'on boit surtout .

Voir les commentaires

10 jours en turquie (4ème partie ) : fethiye - olüdeniz

11 Mai 2009, 11:01am

Publié par kodamian

La route d'Antalya à Fethiye à travers la montagne est admirable et les paysages sont grandioses. En ce mois d'Avril, on aperçoit encore la neige au sommet des montagnes de la chaine du Taurus.

Mais la vue que nous réserve Fethiye est tout simplement splendide.

C'est à côté de son amphithéatre que l'on trouvera notre auberge.

Et c'est justement là que commence la voie lycienne ( voir article précédent )

Cette balade va nous conduire jusqu'à Olüdeniz à travers monts et vaux. Mais avant tout, mangeons ! Et pourquoi pas un " kebab " ou encore mieux " deux kebabs " ( l'intéressé comprendra ) et un " tchai " ( thé ).
Et  la balade commence à travers la forêt, et des vestiges apparaitront tout au long du périple.
On dirait que l'influence grecque est passée par là ...Voici encore quelques tombes typiques des " Lyciens ".

Mais après plusieurs heures, c'est une belle récompense qui nous attend avec la plage d'Olüdeniz.

Et au bout de la plage, il y a même un terrain de volley ...

Voir les commentaires

10 jours en Turquie ( 3ème partie ) : Thermessos

11 Mai 2009, 09:22am

Publié par kodamian

Thermessos est une cité qui a été " redécouverte " par hasard par des explorateurs européens au début du vingtième siècle.
On parle à son égard de " Machu-Pichu " des Lyciens, étant donné que la ville possède toute l'architecture et tous les batiments dignes d'une capitale.
L'Empire Lyciens domina la région d'Antalya à Fetihe au cours du premier millénaire avant l'époque chrétienne.
Alexandre le Grand eut d'ailleurs du fil à retordre pour vaincre les soldats lyciens, et les romains préfèrèrent s'en faire des alliers.
L'influence grecque est visible dans les batiments que l'on trouve sur le site, depuis la Porte d'Hadrien jusqu'à l'amphithéatre.

Pour nous, ce fut l'occasion d'une belle balade. Partis tôt le matin d'Antalya, nous demandâmes au bus de nous laisser sur la grande route là où commence la montée de 9 kilomètres vers le site archéologique. Deux heures de montée avec un soleil pas encore à son zénith. Et deci delà la découverte de vestiges, comme des pans de murailles, de fortifications, de portes d'entrée.
.
Puis alors, on visite le site et il faut bien compter 3 bonnes heures pour en faire le tour.
C'est splendide, et j'invite tous ceux qui iront dans la région à ne pas manquer ce site d'une rare beauté, qui fut une capitale imprenable ... sauf qu'elle fut détruite par un tremblement de terre.


Arrivée au sommet, c'est la véritable entrée du site, mais ce fut tout d'abord l'occasion de casser la croute
L'amphithéatre pouvait recevoir jusqu'à 4500 spectateurs.
Bien sûr, les pilleurs  sont passés par là, et dans la nécropole, la plupart des tombes ont été profanées.
L'Histoire avec un grand H est présente sur ce site et les Lyciens ont marqué à tous jamais l'endroit. Leur ingéniosité à construire une telle cité prouve à quel point certaines civilisation d'antan n'ont rien à envier à celles d'aujourd'hui.
Sur cette carte ci-dessous, qui montre le sud de la turquie et une petite de la côte méditérranéenne, vous pouvez voir la région où les lyciens ont vécu. C'est entre Antalya et Fetihe. D'ailleurs, il y a une balade qui dure une semaine qui s'appelle " La voie Lycienne " et qui permet de rejoindre les deux villes, à travers de somptueux paysages de montagnes.
De nombreux échanges commerciaux eurent lieu de tout temps sur cette côte.
Je rappelerai que le Musée de la ville d'Antalya ( article précédent ) présente de belles collections concernant l'Histoire de la région. A ne manquer sous aucun prétexte, même s'il fait beau et qu'on a envie de rester à la plage.
C'est juste en face !
Quant à nous, le voyage continue et notre prochaine escale sera ...FETHIYE, où nous entamerons justement cette marche ( mais seulement pour une journée à travers la Voie Lycienne ). Ce sera l'objet du prochain article.

Voir les commentaires

10 jours en Turquie ( 2ème partie )

10 Mai 2009, 05:57am

Publié par kodamian

Après un trajet d'une dizaine d'heures en bus depuis Göreme, point central de la Cappadoce, nous sommes arrivés à Antalya.
Rien à voir avec la Cappadoce !
Un paysage méditerrannéen nous attend avec en arrière fond les montagnes enneigées... Splendide  ! Le temps en plus est de la partie et on a l'impression de se retrouver dans une station balnéaire. C'est le cas d'ailleurs. De nombreux touristes affluent vers Antalya, qui connut ces dernières années un développement touristique spectaculaire. Il y a en particulier de nombreux touristes russes qui viennent s'y détendre, préférant les eaux de la Méditerrannée à celle de la Mer Noire peut être.


La station centrale des bus est un peu en dehors de la ville, très moderne, et c'est avec un bus local que nous allons rejoindre la vieille ville.
A peine descendu au centre à côté de la porte d'Hadrien, nous nous faisons interpeller par un " guide " qui nous propose une auberge non loin de là, dans la vieille ville. Super, on y va et on découvre une superbe pension à des prix défiants toute concurrence : nous avons de la chance, la saison n'a pas encore commencé, et c'est pour à peine 10 euros qu'on peut avoir une chambre avec salle de bain pour deux personnes.
Cette porte d'Hadrien fait partie de la forteresse qui entourait la ville et qui la protégeait. Antalya est une vieille cité qui existait d'ailleurs déjà au moment de la domination des Lyciens sur la région. Puis elle reçut l'influence grecque, puis romaine par la suite.
On trouve de nombreux vestiges dans la vieille ville aux rues étroites.
Mais avant tout, un bon petit déj. s'impose ! Les turcs nous accueillent toujours avec grande gentillesse et grande sympathie. Après café et croissant ... turc ( ! ) , c'est le début de la visite ( avec guide du routard en mains ), et on aperçoit les vestiges d'anciennes églises, transformées par la suite en mosquée avec leur imposant minarets.

Mais en arrivant au bord de mer, on doit " Wouah "...
C'est une vue splendide qui nous attend.
Le petit port de pêche est également dédié aux activités touristiques et on peut aller faire un tour le long de la cote.
On aperçoit bien les murailles de la ville, qui me rappellent d'ailleurs Saint Jean d'Acre ( Israel ).
On comprend maintenant pourquoi on parle d'eau turquoise ... CQFD ( ce qu'il fallait démontrer ).
On rencontre des gendarmes, toujours surpris quand on leur parle de notre ile lointaine perdue dans le Pacifique Sud. Au stade Ataturk, un peu plus loin, c'est la préparation d'une fête avec les élèves des écoles à laquelle on assiste.

On entre dans notre premier grand " bazar " ... On y trouve de tout mais attention, il faut négocier les prix et quelquefois on fait de bonnes affaires. C'est le drapeau turc que l'on voit sur le bord gauche du vieux bazar, avec son croissant bien entendu.

La ville d'Antalya a son tramway ...
Mais surtout une plage très longue qui doit être très fréquentée  à la haute saison.
D'ailleurs, on y rencontra un groupe de jeunes qui nous invitera à faire la fête avec eux ... Sympas, les turcs !
N'oubliez pas de faire un tour au Musée de la ville, de l'autre côté de la plage. Il vaut vraiment le détour pour connaitre l'histoire de la région, et de la Turquie en général.
Le soir, le bord de mer est animé avec de nombreux musiciens ...
Et aussi des pecheurs, qui acceptent qu'on les photographie ...

Alors prendre un " tchai "  sur un bateau ... pas mal pour finir la journée !

Pendant ce séjour, on a appris un peu de vocabulaire turc et celà a été ainsi une très bonne porte d'entrée pour faire connaissance avec les gens.
Apprendre à compter de 1 à 10, à dire je veux manger, je veux boire, je veux dormir, etc ... combien ça coute ? ce n'est pas si compliqué et d'ailleurs, le guide du routard a un petit lexique bien utile.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>