Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog kodamian

Articles avec #kodamian

Les Risques du Métier

1 Février 2006, 09:35am

Publié par kodamian

Les risques du Métier

 

Il y a pléthore de métiers dangereux dans ce bas-monde, et on peut en avoir la preuve tous les jours en regardant le journal télévisé.

Il peut être dangereux d'être professeur,  pompier, policier, et que sais-je encore ...

Mais dentiste peut être aussi un métier dangereux ...

J'avais aujourd'hui une petite patiente d'à peine six ans sur le fauteuil,à qui une extraction dentaire s'imposait. Or, malgré toute la délicatesse prodiguée par toute l'équipe, rien à faire ...

Cris, Pleurs, Hurlements, ça commençait bien ...

Mais au bout de quelques minutes, ce fut coup de pied et même morsure de mes doigts !

Aîe ! Ca fait mal, d'autant plus quand on a du mal à retirer sa main de machoires qui malgré l'age possèdent une force prodigieuse

Heureusement, j'ai réussi à éviter le pire.

Après avoir traité tout le reste de la nombreuse famille, l'enfant n'était toujours pas calmé. La maman a décidé alors que c'est le " papa " qui accompagnerait la prochaine fois l'enfant-prodige !

Suite au prochain épisode ...

 

Voir les commentaires

Choisir son Lagon...

26 Janvier 2006, 15:37pm

Publié par kodamian

Choisir son Lagon...

La vie offre quelquefois des surprises, auxquelles on ne s'attend pas. Et les choix alors sont si difficiles à faire que mieux vaut faire le tour de la question dix fois avant de se décider !

Tel est mon choix à venir, dans les mois prochains, pour ce qui concerne l'évolution de ma carrière ...

 

Aujourd'hui, je travaille à Wallis et Futuna, et mon contrat actuel se termine en Mai prochain. Or, il est toujours satisfaisant de savoir ce qui va advenir par la suite.

Plusieurs options s'offrent à moi aujourd'hui :

- la première consiste à resigner un contrat pour un an, ce qui permet la continuité dans l'activité, et d'être à l'abri de surprises que pourraient offrir un autre poste.

- la deuxième consiste d'accepter un poste aujourd'hui vacant en Nouvelle-Calédonie, et plus particulièrement dans les Iles loyautés. Des postes se libérent et il serait possible de se retrouver alors sur un des plus beaux lagons du monde, à Lifou par exemple. Ile dont la taille est supérieure à celle de la Martinique, il parait qu'elle présente des plages fabuleuses, qu'on est seulement à quelques dizaines de minutes de Nouméa en avion, et que la vie y est bien moins chère qu'à Wallis et Futuna.

- la troisième est également fort sympathique, car il s'agirait de partir en polynésie française, où plusieurs postes se libèrent dans différentes iles, dont les Tuamotus, les Iles australes et bien d'autres. Pour ce qui est des Tuamotus, il s'agirait d'un poste dont une partie est itinérante, allant d'îles en îles avec son matériel et soignant au fil de l'eau les polynésiens.

Hum ! Choix Cornélien !

Allez, j'espère que les prochaines semaines porteront conseil !

 

 

Voir les commentaires

Voyelle - Consonne - Voyelle - Consonne

21 Janvier 2006, 08:46am

Publié par kodamian

Voyelle-Consonne-Voyelle-Consonne

Quand j'étais enfant, je passais une grande partie de mon temps devant la télévision. Mais parmi toutes les émissions regardées, il y en a une que j'affectionnais particulièrement.

C'était l'émission d'Armand Jammot.

Des chiffres et des lettres.

En fin de compte, j'avais raison de l'aimer, car je vois que 35 plus tard, elle existe toujours , et son audience n'est pas prête de disparaître.

Grâce à cette émission, je développai le calcul mental, et c'était tous les jours une course de rapidité entre mon frère et moi pour savoir qui irait le plus vite pour trouver le bon compte ou le mot le plus long.

D'ailleurs, nous aimions ces jeux de lettre, et passions d'innombrables soirées à jouer au Scrabble également.

Un jour, à 18 ans, j'envoyai une lettre de candidature et quelle ne fût pas ma surprise, des années plus tard d'être sélectionné à des éliminatoires.

Je m'y rendis, passai les tests, et puis des années s'écoulèrent.

Ce n'est que plus de dix années plus tard, je fus sélectionné pour participer à l'émission par un concours de circonstances. J'étais vosgien, et on fétait l'anniversaire de l'Est Républicain, ce qui avait donné l'occasion de sélectionner des candidats de l'ensemble de ma région.

Ce qui avait changé depuis mon jeune âge, c'était qu'il n'y avait plus 7 lettres, mais on était déjà passé à 9.
Pour ce qui est des chiffres, c'était toujours le même principe.

C'est en bus avec toute une bande de lecteurs de l'est républicain, assidus au jeu télévisé, mais venus de Lorraine, que nous nous dirigeâmes vers Paris.

Ce qui m'étonna le plus, c'est que je ne connus pas le stress de la télévision. J'étais très à l'aise face à la caméra et je répondis sans difficulté aux questions posées par l'animateur Laurent Cabrol.

Qu'est ce que c'était drôle de voir de ses yeux vus des gens qu'on connaissait par écran interposé depuis des années, comme Bertrand Renard par exemple !

D''ailleurs, j'ai une " anecdote " à son sujet.

Laurent Cabrol m'avait briefé avant le passage à l'écran, pour savoir quelles étaient mes passions, mes distractions. Je lui avais alors parlé de mon goût des voyages, ainsi que de celui d'apprendre des langues étrangères.

C'est alors que, quand commença l'émission, il me présenta en tant que " grand voyageur " et polyglotte.

Subitement, il commença à m'interroger sur des mots de langues étrangères, et me demanda de dire " bonjour " en espagnol, " comment ça va " en anglais,  " au revoir " en hébreu...

C'est alors que Bertrand Renard, prenant la parole, l'interrompit et me dit :

" Oui, jeune homme, alors, j'ai une colle : comment dites-vous merci en polonais ".

Quelle ne fut pas sa surprise, ainsi que celle de tout l'auditoire, quand, tout à fait détendu, je répondis : " djiekuje " !!!

Le polonais faisait également partie des quelques langues dont j'avais entrepris l'étude.

L'émission se réalisa tout à fait normallement, avec une alternance de réussites et d'échecs.

Résultats des courses, je gagnai contre 3 candidats, et put ainsi rentrer chez moi, un peu plus " riche " de 1500 francs.

Mais Yvette Plailly, je m'en rappelle encore, vînt me voir lorsque je perdis, et me " gronda " en me disant que j'aurais vraiment pu faire mieux et continuer encore à gagner contre quelques autres candidats.

Elle avait probablement raison, mais l'important, comme dit Pierre de Coubertin, est de participer !

Cette émission télévisée fut en plus l'occasion d'être interviewé dans le quotidien régional, et j'ai encore en souvenir cette photo dans le journal, en blouse blanche, avec mon assistante dentaire de l'époque dans un cabinet mutualiste à Neufchateau.

voyelle - consonne - voyelle - consonne ...

Voir les commentaires

Partir du Jour au Lendemain ...

20 Janvier 2006, 13:04pm

Publié par kodamian

Partir du Jour au Lendemain ...

 

Quitter un jour une situation stable, son travail, son domicile, quitter son pays pour autre chose, c'est possible, mais celà demande un minimum de préparation.

En effet, presque quotidiennement, nous avons des papiers à remplir, des documents à fournir, des chèques à payer ...

LES PREPARATIFS AU DEPART

Avant de faire mes valises pour le grand " Saut " dans le Vide, je m'y suis  préparé à l'avance, en faisant tout d'abord la liste des choses à faire sur papier.

Domicile

En tant que  locataire, j'ai prévenu  mon propriétaire en fonction du délais de préavis de résiliation de mon bail. J'ai averti les différents services pour résilier l'eau, l'électricité, le téléphone, les différents abonnements ( télévision, internet, ...).

Je suis allé à la Poste pour faire transférer mon courrier à l'adresse où je désirais qu'il soit acheminé.

J'ai également averti ma société d'assurance domicile pour résiliation de mon assurance.

Il faut également avertir la mairie et se faire rayer des listes électorales.

Le passeport devra être visé du nouvel endroit de résidence, par les services de l'ambassade de France du pays où l'on va résider, ou par la mairie dans le cas d'un T.O.M.

Travail

Etant à mon compte, la fermeture de mon cabinet a nécessité une cloture de ma comptabilité, puis un passage aux services de l'URSSAF pour payer par anticipation tout ce que je devais. J'ai également envoyé à mon comptable tous les documents nécessaires au bon déroulement de cette procédure.

J'ai également averti ma caisse de retraite pour la clôture de mon compte, n'étant plus domicilié en France métropolitaine.

Impôts

Je suis allé voir mon inspecteur des impôts et j'ai rempli un " quitus fiscal " pour solder par anticipation tous les impôts auxquels j'étais soumis ( impôts locaux, taxe professionnelle, impôts sur le revenu ).

Mon dossier fiscal a été transmis alors aux Services des Français non-résidents, situé à Paris, à la rue d"Uzès. Etant domicilié à Wallis et Futuna, je suis devenu résident " étranger " hors Union Européenne, et je ne suis plus soumis à l'imposition française.

En cas de retour en métropole, c'est depuis leur service que le dossier est alors réacheminé vers le centre des impôts du nouveau domicile.

Voiture

J'ai averti ma société d'assurance-voiture de la fin de mon contrat par anticipation, car ne possédant alors plus de véhicule.

Couverture Sociale

Dans la mesure où je suis devenu résident d'un T.O.M., je n'ai plus été soumis à la cotisation à la sécurité sociale française . Néanmoins, il est possible moyennant une cotisation de continuer à payer des sommes pour garder cette couverture. C'est à la Caisse des Français de l'Etranger qu'il faut alors s'adresser.

Banque

Il faut prévenir aussi sa banque de sa nouvelle adresse. Le mieux est de pouvoir gérer ses comptes par internet, ce qui est possible aujourd'hui.

 

Je dois encore oublier mille et une formalités que j'ai dû accomplir, mais celà prouve une chose. On ne part pas de façon précipitée mais on prépare son départ, pour ne pas se retrouver à l'autre bout du monde avec toute une tonne de documents à se procurer, et qu'il est alors très difficile à effectuer depuis le nouveau domicile.

Mais en étant méthodique, alors tout devient plus simple.

Impossible n'est pas français !

Voir les commentaires

Merci la Bourse

20 Janvier 2006, 07:56am

Publié par kodamian

Merci la Bourse !

La Bourse par ci, la bourse par là, on entend aujourd'hui toute la journée, qu'il s'agisse de télévision, de radio, d'internet que l'investissement boursier est le plus rentable qui soit, qu'il ne faut pas être frileux, mais au contraire, entreprenant, et donc aller placer " ses économies ou tout du moins une partie " en Bourse.

Très intéressant la Bourse, quand ça rapporte, mais ...

La Bourse ou La Vie ?

La Bourse fait rêver, de même que le casino, les jeux à gratter, le tiercé et tous les lotos multiples et variés qui déferlent depuis quelques années en vagues sans cesse renouvelées dans tous les pays du monde.

Or, il faut bien savoir que c'est un jeu à somme nulle, ou presque, car s'il y a des gagnants, il y a aussi des perdants.

Mais perdre, ce peut être non seulement son argent, mais également sa santé, son temps, et toute la vie relationnelle avec son entourage.

Je vais relater ici ma propre expérience, qui me laisse à penser, qu'aujourd'hui, si j'en suis là, à vivre sous le soleil du pacifique, au bord d'un fabuleux lagon, c'est sans aucun doute grâce à la bourse, mais pas pour les raisons qu'on peut croire.

Il y a une dizaine d'années, j'avais commencé à m'intéresser d'un peu plus près au monde des actions, des valeurs côtées en bourse dont on peut avoir quotidiennement les cours dans les journaux.

Puis vint le tour du Minitel, qui permettait d'avoir accès directement à sa banque et à la possibilité d'achat en direct d'actions. Parallélement sont apparues les chaines thématiques à la télévision consacrées exclusivement à cette activité. Enfin, et c'est la révolution depuis lors, vînt " INTERNET " et son monde des " Brokers en Ligne ", c'est à dire des sociétés permettant via l'ouverture d'un compte de pouvoir " spéculer " sur les marchés à la vitesse grand V, c'est à dire en instantané.

Acheter, vendre, en un simple clic de souris !

Tout un monde de nouveaux boursicoteurs est alors apparu, et, grâce à internet, des sites ont commencé à naître. A la fois des sites de courtiers en ligne et des sites de conseils boursiers.

C'est ainsi, qu'étant connecté à Internet Haut Débit via la fibre optique, à Paris, j'ai pu dès les années 1997, avoir accès à ce monde-là.

En quelques mois, j'ai appris à mieux connaître les différents instruments possibles avec lesquels on pouvait spéculer, qu'ils s'agissent d'actions, d'options d'achat, de vente, de warrants etc...

C'est alors qu'avec d'autres internautes, nous décidâmes de créer notre propre site boursier à la fin du siècle dernier, et on appela ce site " Ramibourse ".

La rencontre très sympathique entre des gens de divers horizons permit de créer cette micro-société, et alors  d'attribuer à chacun un rôle dans la nouvelle société. Il n'y eut que 5 personnes employées à plein temps, une fois les capitaux levés, et les autres, comme moi, étions plutôt consultants à nos heures perdues, c'est à dire en dehors de notre travail.

Je fus ainsi " Directeur de la Communication ", et, par une série de hasards et de rencontres, eut même l'occasion de présenter la société sur la chaine de télévision par cable et par satellite " Bloomberg Television ", émission enregistrée depuis les studios londoniens.

Je m'occupai aussi d'une division chargée d'écrire des articles quotidiens sur les petites capitalisations du monde boursier, second marché plus particulièrement, ainsi que sur des outils dont le nom évocateur parait féroce, les warrants.

Le temps consacré à l'activité prit de l'ampleur pour nous tous par rapport à nos activités professionnelles, et c'était ainsi une véritable activité que nous tous menions parallèlement.

Tous les jours , c'étaient des soirées via internet et les différents sites à " chatter " , comparer, anticiper, jurer , critiquer, et j'en passe ...

A part ceux qui avaient une rigueur à toute épreuve, je dois dire que la plupart des nouveaux venus dans ce monde y laissèrent des plumes, d'autant plus qu'après la bulle internet des années 2000, vînt la grosse récession des valeurs internets et la déferlante de " branlées " des titres, perdant jusqu'à 99% de leurs valeurs, sinon la totalité avec la liquidation de sociétés dont on entendait vanter les qualités quelques mois auparavant.

Mais les gros gagnants, c'étaient les sociétés de trading car elles bénéficiaient , quel que soit le résultat final , du coût de la transaction.

Et chacun y allait des " allers-retours" dans la journée, sur des sommes de plus en plus importantes. D'autant plus, que les " brokers " permettaient, avec un dépôt par exemple de 100 euros, de " jouer " sur 5 fois la mise . Evidemment, en pariant ainsi, il suffisait que la valeur perde 20% pour se retrouver à 0.

A tel point que certains eurent des " dettes " envers leurs courtiers, car ils ne comprirent pas qu'en prenant de tels risques, ils pouvaient perdre plus que ce qu'ils n'avaient mis sur leur compte .

Personnellement, et je n'entrerai pas dans les détails, ce fut une " expérience ", douloureuse d'une certaine façon. Le temps passé devant l'écran d'ordinateur ainsi que la véritable drogue que constituait la la vision d'un cours, tous les jours, voire toutes les heures , prenait véritablement une importance inconsidérée.

Après quelques années, la société connut des difficultés de trésorerie et disparut.

Par contre, au niveau du portefeuille boursier, j'ai retenu la leçon qu'on ne peut faire deux choses à la fois et gérer à la fois son portefeuille et avoir une activité à côté de celà.

Quelques années plus tard, n'ayant pas vraiment réalisé mes objectifs de gain, mais ayant concrétisé " quelques mauvais coups ", et donc n'ayant pu acheter mon appartement à Paris, je me vis contraint de déménager, et j'ai déja raconté le reste dans un article précédent .

Mais grâce à la Bourse, ma vie a changé .

Car, si j'avais gagné à la Bourse, j'aurais probablement acheté mon appartement parisien, et alors, je n'aurais jamais quitté mon travail et la sécurité qu'il apportait pour partir au bout du monde.

Donc grâce au fait de n'avoir rien gagné, j'ai eu la chance à la quarantaine d'avoir une autre   vie dont beaucoup rêvent... mais  la plupart ne franchisse pas ce pas qui consiste à tout laisser et à rebatir ailleurs.

Néanmoins, mieux vaut avoir auparavant la certitude d'avoir du travail là où on va, pour subvenir à ses besoins.

Merci la Bourse !

 

Voir les commentaires

l'argent, le temps et la santé

16 Janvier 2006, 14:34pm

Publié par kodamian

L'argent, le temps et la santé

Il y a une semaine à peine, j'ai découvert ce monde des " blog" . Et depuis, je dois dire que j'en ai découvert un certain nombre qui raconte le périple de voyageurs, individuels ou en famille, autour du monde ou simplement dans une destination bien précise.

Aujourd'hui, chacun fait ses photos, et on peut ainsi se constituer des bibliothèques d'images impressionnantes concernant les plus reculés des endroits de la planète.

Aujourd'hui, je vais chercher avec un moteur de recherche un lieu  bien précis, et, en deux ou trois clics, je vais tomber sur l'endroit désiré avec des photos plus belles les unes que les autres.

Merci au monde des blogs, merci à tous ces photographes, amateurs ou professionnels, qui  nous font profiter de leur talent !

J'avais quelquefois la nostalgie de la perte de mon appareil photo,  et depuis lors je voyageais sans aucun appareil, sinon avec un jetable quelquefois, mais surtout pour conserver des souvenirs dans ma tête.

Mais les souvenirs, comme toute chose, s'oublient.

Mais grâce aux blogs...

Grâce à ces nombreux sites et à ces témoignages des uns et des autres, j'ai pu retrouver au fond de ma mémoire des émotions oubliées, des moments partagés ou tout simplement des pans de vie qui constituent  la vie !

Bien sûr, on fait de nombreuses rencontres pendant les vacances, mais on oublie vite et le temps faisant, rares sont les amitiés qui durent des années après les voyages.

Internet va changer tout ça, grâce aux chats, au messenger, aux emails et à toutes ces technologies qui permettent une communication à moindre frais entre nous tous, internautes du monde entier.

Un jour, quelqu'un me disait :

" dans la vie il faut trois choses, l'argent, le temps , et la santé !

Quand tu es jeune, tu as le temps, la santé  mais pas l'argent ...

Quand tu deviendras adulte, tu auras l'argent, la santé, mais pas le temps ...

Et quand tu seras vieux, tu auras l'argent, le temps, mais tu n'auras plus la santé !

Et il conclut en me disant :

" alors, au moment où tu auras les trois à la fois, profites , car c'est à ce moment là que la vie vaut la peine d'être vécue pleinement !

Celà est vrai, mais aujourd'hui, les choses sont devenues différentes.

Aujourd'hui, avec une simple connection internet, on peut déjà avoir le monde chez soi, et vivre passionément des dizaines d'aventures en suivant jour après jour les blogs de voyageurs, qui nous content merveilleusement leurs aventures à travers les 5 continents.

Meme en devenant vieux, malade, immobilisé , on peut continuer à suivre depuis chez soi les périples des uns et des autres. C'est la vraie révolution, qui permet à tout un chacun de ne plus être isolé.

Vive Internet !

 

Voir les commentaires

blog à part ...

13 Janvier 2006, 15:55pm

Publié par kodamian

blog à part

Comme je l'ai indiqué dans un précédent article, je suis résident des iles de wallis et futuna depuis déjà plus de deux ans et demie.

C'est du jour au lendemain que ma vie a changé. J'habitais à Paris depuis plus de douze ans, et le traintrain quotidien s'était installé, entre mes deux-trois mois de vacances chaque année,  vacances  passées en général  en voyage autour du monde, et mon activité de chirurgien-dentiste.

Puis tout a basculé fin 2002, quand la propriétaire de mon appartement " mixte " a décidé de vendre .

Ne désirant pas emprunter pour me porter acquéreur, je dus donc quitter mon domicile et mon " emploi " le 30 avril 2003.

J'avais en attendant louer un studio à une centaine de mètres de là, pour rester dans le même quartier.

Pendant quelques semaines, je cherchai plus ou moins où me réinstaller, mais peut-être, quelque part au fond de ma tête , j'attendais que quelque chose arrive. Mais quoi !

On sait que quelquechose est au bout du chemin, on l'attend, mais on ne sait pas.

 C'est le 18 juin qu'un événement se produisit.

J'allais chez mes parents fêter l'anniversaire de ma mère, mais juste avant, je jetai un coup d'oeil  à un site internet qui propose des offres d'emploi pour des dentistes.

C'est là, que je lus cette annonce toute fraiche, concernant une gérance de cabinet  à faire d'urgence à Bora bora , en raison du décès brutal d'un praticien.

J'envoyai un mail directement, me portant candidat.

C'est en revenant le soir chez moi que je reçus le mail  où l'on me demandait de contacter la personne  à l'initiative de l'annonce le plus vite possible.

Ce fut fait dans les minutes qui suivirent , décalage horaire le permettant, et on me demanda de prouver que ma candidature était sérieuse en me laissant 24 heures.

J'affirmai pouvoir faxer dans les 24 heures la copie d'un billet d'avion.

Le lendemain matin, j'allai directement chez Air New Zealand à Paris où j'avais trouvé les billets au tarif le plus abordable. Je trouvai un billet pour le 25 juin, et on faxa depuis l'agence la photocopie du reçu d'achat du billet.

Je fus donc retenu, et j'arrivai ainsi à Tahiti le 27 juin, puis le 29 à Bora-Bora.

Plusieurs personnes s'étaient portées candidates, mais grâce à ma rapidité, je fus le premier.

Le cabinet dentaire dont je devins le " gérant " pour trois mois était admirablement situé au centre de l'ile, et j'y partageais une petit local avec un cabinet médical.

Le médecin d'une cinquantaine d'année devint un ami tout de suite, et nous fîmes du " hobby cat " presque toutes les semaines ! Bora-Bora devînt ma résidence, mon amie et ma famille vînrent me rendre visite, et ce fut trois mois d'un séjour inoubliable ! Des ballades , des baignades , je n'y croyais pas, c'était trop beau pour être vrai. Mais je savais que celà ne durerait qu'un temps et que je devrais après remettre les pieds sur terre, à moins que ...

Au mois d'août, un jeune dentiste venu de Wallis et Futuna, territoire français d'outre-mer, vînt visiter le cabinet, et m'indiqua que je l'avais " coiffé au poteau " pour cette gérance, ayant répondu deux heures après moi à l'annonce publiée sur le site dentaire.

Il fut intéressé par le cabinet et me demanda si je pourrais éventuellement le remplacer  dans son activité salariée pour l'agence de santé du territoire des iles de wallis et futuna.

Pourquoi pas ! La première chose que je fis , fut de prendre un atlas pour localiser cet ensemble d'îles, car, bien que connaissant bien ma géographie mondiale, je ne situais pas précisement ces deux îles.

Dès qu'Emmanuel eut son prêt, il me demanda si j'étais toujours d'accord pour venir le remplacer, ce que je lui confirmai de vive voix.

C'est ainsi que fin septembre 2003, je fis un demi-tour du monde dans un sens, pour repartir une semaine plus tard ... dans l'autre sens , et rejoindre ma nouvelle affectation . Ce fut un trajet mémorable .

bora - bora  .. papeete  ... los angeles .. paris ( 5 jours pour tout organiser ) ... tokyo ... nouméa ... fiji ... wallis !

J'étais parti pour rester 3 mois à wallis, et j'y suis encore aujourd'hui ...

Pour un voyageur comme moi, mais que demande le peuple !

Voir les commentaires

...Autres voyages...

10 Janvier 2006, 06:40am

Publié par kodamian

Autres Voyages

 

 

J'ai déjà évoqué les deux tours du monde, au vrai sens du terme que j'ai effectués en 1988 et en 2005. Mais entre ces deux voyages à la Jules Verne, j'ai eu l'occasion à maintes reprises de parcourir le vaste monde.

Alors voici quelques unes  des destinations où j'ai été à même de voyager.

En afrique :

afrique du sud et namibie, en mauritanie dernièrement

En asie :

chine, japon, philippines

Au moyen-orient

israel, jordanie, égypte (désert du sinai)

En amérique centrale :

mexique, belize, guatemala

En amérique du sud

equateur, pérou, bolivie, chili, argentine, brésil, guyane française, paraguay

Dans les caraibes :

à saint-martin et à saint-barthélémy

Dans l'océan indien :

à la réunion et à l'ile maurice

J'évoque ici les pays hors ceux que j'avais visités pendant mes deux tours du monde, dont vous pouvez trouver la liste sur les articles concernés.

Heureusement, j'ai encore beaucoup à voir ... et à revoir !

Voyager, c'est aller vers l'autre, aller vers une autre culture, une autre façon de vivre, un autre rythme, d'autres odeurs, d'autres perceptions de la vie !

Voyager, c'est d'autres langues, d'autres cuisines, d'autres sourires !

Voyager, c'est vivre !

Voir les commentaires

Mes premiers pas sur mon blog

6 Janvier 2006, 11:26am

Publié par kodamian

Bonjour,

ça y est, je me lance, je vais créer mon premier blog. Ca fait tellement longtemps que j'entendais parler de blog que je me suis dit : " et pourquoi pas moi ? ".

Alors, voici mes premiers pas ...

L'idée m'est venue en découvrant le blog d'un " tourdumondiste " , c'est à dire l'un de ces nombreux aventuriers qui décident à un moment donné de consacrer une année de leur vie à découvrir le monde et ses merveilles.

Etant moi-même un " grand voyageur " devant l'Eternel, je me prépare à raconter quelques uns de mes périples à travers notre " planète bleue ".

Et puis, aujourd'hui, vivant à l'autre bout du monde par rapport à la métropole, je continue à réver aux voyages et à consacrer mes vacances à la découverte d'endroits encore inexplorés.

 

Alors à bientôt pour le récit d'une de mes aventures !

 

kodamian

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24